Communiqué de presse

Le monde a le devoir de « transformer les paroles en actes », déclare le chef d’ONU Climat à l’ouverture de la COP27

07 novembre 2022

  • La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, la COP27, a officiellement débuté dimanche à Charm El-Cheikh, en Égypte, le chef d’ONU Climat appelant les dirigeants du monde à relever le plus grand défi de l'humanité en mettant en oeuvre l’Accord de Paris sur le climat de 2015.
Photo : © UNITED NATIONS

« Aujourd'hui, une nouvelle ère commence - et nous commençons à faire les choses différemment. Paris nous a donné l'accord. Katowice et Glasgow nous ont donné le plan. Charm El-Cheikh nous fait passer à la mise en œuvre. Personne ne peut être un simple passager dans ce voyage. C'est le signal que les temps ont changé », a déclaré Simon Stiell, le nouveau Secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), aux délégués réunis dans la salle plénière principale du Centre international des congrès. 

Le chef d'ONU Climat a déclaré que les dirigeants - qu'ils soient Présidents, Premiers ministres ou PDG - seraient tenus responsables des promesses qu'ils ont faites l'année dernière à la COP26 à Glasgow. « Parce que nos politiques, nos entreprises, nos infrastructures, nos actions, qu'elles soient personnelles ou publiques, doivent être alignées sur l'Accord de Paris et sur la Convention [des Nations Unies sur le climat] », a-t-il souligné.

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques est entrée en vigueur le 21 mars 1994 et vise à prévenir les interférences humaines « dangereuses » avec le système climatique. Aujourd'hui, ratifiée par 198 pays, elle est quasi universelle. L'Accord de Paris, conclu en 2015, fonctionne comme une extension de cette convention.

Réaliser ce qui a été promis

Reconnaissant la situation socio-économique et géopolitique complexe actuelle, M. Stiell a déclaré que la COP27 est l'occasion de créer un espace politique sûr pour travailler et apporter un changement mondial. « Ici à Charm El-Cheikh, nous avons le devoir d'accélérer nos efforts internationaux pour transformer les paroles en actes », a-t-il souligné.

Le Secrétaire exécutif de la CCNUCC a souligné trois lignes d'action essentielles pour la Conférence :

Démontrer une évolution vers la mise en œuvre en transformant les négociations en actions concrètes.

Cimenter les progrès sur les axes de travail critiques - atténuation, adaptation, financement et surtout pertes et dommages.

Améliorer la mise en œuvre des principes de transparence et de responsabilité tout au long du processus.

« J'apprécie les plans détaillés sur la façon dont nous livrons ce que nous avons promis », a-t-il déclaré aux délégués.

Aucun retour en arrière autorisé

M. Stiell, se qualifiant de « chef de la responsabilité », a déclaré que 29 pays ont maintenant présenté des plans climatiques nationaux renforcés depuis la COP26, cinq de plus depuis la publication du rapport de synthèse de la CCNUCC sur les contributions déterminées au niveau national la semaine dernière, mais toujours pas la majorité.

« Donc, je suis maintenant en train de regarder 170 pays qui doivent revoir et renforcer leurs engagements nationaux cette année », a-t-il déclaré.

Il a rappelé aux délégués que l'année dernière, le Pacte climatique de Glasgow avait été convenu lors de la COP26, et qu’il s'attendait à ce qu'ils ne reviennent pas sur leur parole. « Tenez vos engagements. Appuyez-vous sur eux ici en Egypte. Je ne serai pas le dépositaire d’un retour en arrière », a-t-il déclaré. 

Un processus inclusif

Dans des propos qui ont suscité une ovation dans la salle plénière, le chef d’ONU Climat a souligné que les femmes et les filles doivent être placées au centre de la prise de décision et de l'action en matière de climat.

« Leur autonomisation conduit à une meilleure gouvernance et à de meilleurs résultats », a-t-il déclaré, soulignant également l'importance des organisations de la société civile et des jeunes dans le processus de la COP27.

Alok Sharma, Président de la COP26 représentant le Royaume-Uni, a officiellement passé le relais au Président de la COP27, l’Egyptien Sameh Shoukry, lors de la séance plénière d'ouverture. 

M. Sharma a passé en revue les réalisations de Glasgow l'année dernière, telles que la finalisation du Règlement de Paris, les lignes directrices sur la manière dont l’Accord de Paris est mis en œuvre, et des engagements financiers plus solides. 

« Le Secrétaire général de l'ONU a déclaré que notre avenir commun à long terme ne réside pas dans les combustibles fossiles, et je suis entièrement d'accord avec lui », a-t-il déclaré.

Selon le Président de la COP26, si tous les engagements pris l'année dernière, y compris les promesses de zéro émission nette, devaient être mis en œuvre, le monde serait sur la voie d'un réchauffement de 1,7 degré Celsius d'ici la fin du siècle. « Toujours pas 1,5 degré Celsius, mais des progrès », a-t-il déclaré, reconnaissant l'ampleur du défi auquel le monde est confronté. 

Faisant écho à M. Stiell, il a exhorté les dirigeants à agir, malgré les défis géopolitiques actuels. « Aussi difficile que soit notre moment actuel, l'inaction est myope et ne peut que différer la catastrophe climatique, nous devons trouver la capacité de nous concentrer sur plus d'une chose à la fois », a-t-il exhorté.

L'Égypte demande à redoubler d’ambition 

Le Président de la COP27, Sameh Shoukry, a appelé les délégués à redoubler d'ambition et à commencer à mettre en œuvre les promesses déjà faites.
« Passer des négociations et des promesses à une ère de mise en œuvre est une priorité », a-t-il déclaré, félicitant les pays qui ont déjà partagé des plans climatiques nationaux mis à jour.

M. Shoukry a ajouté que les 100 milliards de dollars pour l'adaptation promis par des pays développés aux pays en développement devaient être versés, et que le financement devait également être au centre des discussions.

« Les négociations [au cours des deux prochaines semaines] seront, espérons-le, fructueuses. Je vous exhorte tous à écouter attentivement et à vous engager dans la mise en œuvre et à transformer les engagements politiques en accords, ententes, textes et résolutions que nous pouvons tous mettre en œuvre », a-t-il souligné.

Il a également averti que « les jeux à somme nulle n'auront pas de gagnants » et que les implications des négociations affecteront la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes dans le monde qui subissent l'impact du changement climatique.

« Nous ne pouvons nous permettre aucune négligence ou lacune ; nous ne pouvons pas menacer l'avenir des générations futures », a-t-il souligné.

Les pertes et les dommages sont à l'ordre du jour

Dimanche également, les points de l'ordre du jour qui seront discutés au cours des deux prochaines semaines lors de la COP27 ont été convenus lors de l'ouverture de la conférence.

Les « pertes et dommages », un point encore incertain avant la conférence, ont finalement été mis à l'ordre du jour après avoir été proposés par les négociateurs du Groupe des 77 et la Chine (qui comprend essentiellement tous les pays en développement) et après de longues discussions entre les 194 parties à la Convention des Nations Unies sur le climat.

Le changement climatique, par le biais d'événements météorologiques extrêmes tels que les cyclones tropicaux, la désertification et l'élévation du niveau de la mer, cause des dommages coûteux aux pays.

Parce que l'intensification de ces « catastrophes naturelles » est causée par l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre, principalement des pays industrialisés riches, les pays en développement - souvent les plus touchés - ont longtemps soutenu qu'ils devraient recevoir une compensation.

La question de ces paiements, connus sous le nom de « pertes et dommages », sera désormais un sujet de discussion majeur à la COP27.
 

 

Dorra Loudhif Midani

Dorra Loudhif Midani

CINU
Chargée de la communication

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative

UNFCCC
United Nations Framework Convention on Climate Change
CINU
Centre d'information des Nations Unies

Objectifs poursuivis à travers cette initiative